Thème 2 : L’accès des femmes et des jeunes au foncier

Co-organisateur principal : Convergence des luttes pour la terre et les ressources naturelles – ouest-africaine à l’occasion du lancement de la troisième Caravane Ouest-Africaine du Droit à le terre, à l’eau et à l’agroécologie paysanne.

Pour visionner la conférence de lancement :

Prochainement ici, le lien Zoom pour vous connecter à la visioconférence du 16 décembre 2021.
Retrouvez par ailleurs le calendrier complet des trois semaines de discussion à venir en bas de cette page. Vous pouvez également prendre part aux discussions en ligne qui ont lieu en suivant ce lien.


Pour être tenu au courant des prochaines échéances par le biais de la Newsletter du forum et participer aux discussions, inscrivez-vous en suivant le lien ci-contre.


Présentation du thème

L’accès des femmes à la terre et aux ressources naturelles est une question primordiale au niveau international. Trop souvent, les femmes voient leurs droits d’accès à la terre et aux ressources naturelles minimisés ou niés au profit des hommes, alors que ce sont elles qui constituent la plus grande partie de la main d’œuvre paysanne, et que leur rôle dans la production agricole et la gestion des ressources naturelles est essentiel.  C’est le résultat conjoint de deux facteurs majeurs : 

  • les us et coutumes renforcé par la mauvaise interprétation de la religion,
  • les politiques et lois foncières qui ne reconnaissent pas suffisamment la place des femmes.

Les femmes paysannes sont donc doublement pénalisées, d’une part en tant que paysannes, elles sont soumises comme les hommes à la pression des accaparements de terre, et en particulier sur les communs qui sont souvent leur principale source de ressources, et d’autre part parce qu’au sein des communautés elles sont discriminées par des traditions patriarcales.

Les jeunes sont également impactés par ces coutumes patriarcales, qui rendent difficile également leur accès à la terre et leur autonomisation, avec le résultat qu’ils ont tendance à fuir le monde rural et à abandonner l’agriculture, affaiblissant les communautés et les laissant vulnérables aux pressions extérieures, alors qu’ils auraient un rôle important à jouer pour les renforcer et assurer l’avenir de l’agriculture paysanne.  La différence avec les femmes est que les jeunes ont vocation à devenir senior, cette discrimination est donc temporaire contrairement à celle qui touche les femmes.


Cette discussion s’appuiera sur l’expérience développée par l’UACCDDDD (Union des associations et de coordination  d’associations pour le développement de la Défense des droits des démunis), membre de la convergence malienne contre les accaparements des terres (CMAT) au Mali.


Objectif de cette discussion

Cette démarche a été développée dans le cadre spécifique de l’Afrique de l’Ouest, elle ne prétend pas avoir valeur universelle. Les luttes doivent être adaptées aux contextes locaux et nationaux, et donc les formes de mobilisation seront nécessairement différentes dans d’autres régions. L’objectif de ce débat sera de comparer les expériences de lutte des femmes dans le monde entier avec celle de l’ UACCDDDD et de réfléchir aux actions communes possibles entre diverses organisations et régions mobilisées autour de cette lutte, et au plaidoyer international à renforcer.


Thème 2 : Calendrier

  • 23 novembre : Visioconférence de lancement
  • du 24 novembre au 16 décembre : échanges et discussions en ligne.
  • 16 décembre : Clôture de la thématique avec présentation de 3 luttes emblématiques présentées par des paysannes en provenance des 4 coins du monde
  • Janvier 2021 : Vidéos des visioconférences et documents de synthèses disponibles sur le site
S’abonner
Notifier de